Média 22 - TRIBUNE MADAGASCAR
03 juin 2009

Média 22

logo2

L’association PREV’ACT dans le Nord-Est

samedi, 22 août 2009
 

Une association humanitaire dénommée PREV’ACT travaille depuis 2007 en faveur, et apparemment avec, des familles des villages de la côte Nord-Est de Madagascar. L’initiative fait suite à la rencontre entre le président de l’association, Jean Daniel Aracksing et Pierre Quantin qui est d’origine malgache. Selon ce dernier, l’Association basée à l’Ile de la Réunion a pour objet de susciter et de participer, dans la mesure de ses possibilités, à des projets humanitaires, préventifs, de solidarité et ou culturels dans les villages de la côte Nord-Est de Madagascar. L’accent est mis sur les matériaux locaux tel le bois.

Situé en bord de mer et proche du grand parc naturel de Masoala, le village de de SANTAHA, qui signifie « Ruisseau » en malgache, a été choisi pour mener les premières actions humanitaires dont la construction de maisons pour des familles qui habitaient initialement dans des cases en paille. Coût de l’opération 750 Euros pour bâtir une case en bois sur pilotis de 20 m2. Une quinzaine de maisons doivent être construites dans l’urgence dans le village. L’association conçoit un vrai projet de développement qui est en cours d’étude. Figurent dans le projet, la construction de barques et l’achat de filets pour développer la pêche locale, la mise en place d’un élevage de poulets, de canards avec un suivi assuré par une coopérative, la construction d’une école, la recherche d’énergies renouvelables (électricité solaire) etc ...

Le bilan, selon Pierre Quantin, au bout de six mois d’activité : cinq maisons construites, des aides financières mises en place pour l’hospitalisation des villageois, des prêts sans intérêt aux paysans malgaches, l’achat de trois boeufs, investissement dans le matériel nécessaire à la construction dont le groupe électrogène, achats de fournitures scolaires pour les enfants, achats de graines diverses pour les plantations. Dans les semaines à venir, l’association veut mettre en place des pompes, au coût de 100 Euros la pompe malgache, pour pouvoir puiser de l’eau propre dans le village. L’association envisage aussi d’amener dans ce village des médecins, animateurs, enseignants et bénévoles qui seraient prêts, outre l’écotourisme, à vivre à la malgache au milieu de la population.

L’association n’a pas la prétention de vouloir changer le Monde mais celle au moins d’essayer d’aider une partie de la population à un endroit déterminé de l’île, sans chercher à s’éparpiller. En tout cas, l’association prône l’esprit de Mère Teresa qui disait « ce n’est pas la quantité d’acte qui est important mais la quantité d’Amour que l’on met dans le plus petit des actes ». L’association entretient un blog (http://prevact.canalblog.com/).

Recueilli par Valis

Posté par prevact à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]